La faillite des centres-ville

Dans une étude récente, L’ULg fait le constat de la mort des centres-ville en Wallonie. Il ne fallait pas être universitaire pour s’en rendre compte, mais une quantification et une cartographie fait du bien, et le constat est accablant. Suite à cette étude, la presse parle de « bons » et « mauvais » élèves. C’est probablement la pire des injures qu’on puisse adresser aux commerçants indépendants que de les montrer comme des « élèves » dépendant de l’Etat, comme s’ils devaient obéir à un pouvoir divin, et comme si c’était, finalement, eux les fautifs de ce désastre. Il n’en est évidemment rien, et l’Etat porte une très lourde responsabilité dans cette hécatombe, pour diverses raisons :
– Nombre de centres villes sont, depuis des années, des chantiers permanents. Le fallacieux prétexte que l’embellissement des centres par les pouvoirs communaux allait contribuer à la re-dynamisation desdits centres, a conduit au résultat inverse : faute de pouvoir se garer, le client est allé voir ailleurs. L’idée était donc stupide.
– Les taxes et réglementations ont assommé littéralement nombre de petits commerces, toujours dans la même lignée de la politique afscaïenne qui consiste à favoriser les grandes entreprises au dépend des petits commerces. L’étude relève le dynamisme du centre de Namur. Mais quels sont les commerces Rue de Fer ? tous des franchisés de grandes enseignes ! Pas un seul indépendant : il y a longtemps que le dernier a volé en faillite.
– Il y a un truc qui marche pas mal en France pour les petits commerces : les Halles. Il y a des halles dans pratiquement chaque centre ville. Et ça marche. Bien étudiés, ils comprennent également un parking et nombre d’autres commerces s’installent autour : le client peut faire ses courses complètes, comme dans un supermarché. L’idée est donc bonne. A trois conditions : présence d’un parking conséquent, situation en plein centre ville, et offre complète en matière d’alimentation. La galerie des Carmes à Wavre a été un échec parce que cette galerie était hors du centre et parce qu’il n’y avait pas de magasin d’alimentation, rien que des vêtements et autres produits non essentiels.
– Une sécurisation des centres ville est nécessaire. Si le client ne s’y sent pas à l’aise, il préférera la grande enseigne en périphérie, qui possède son propre service de gardiennage. C’est aussi un aspect qui échappe aux pouvoirs communaux.
Ca fait beaucoup. Et, sincèrement, il semble qu’il n’y ait aucune volonté, ni des communes ni de la Région, de pallier ce désastre. On peut faire toutes les études qu’on veut, ça n’y changera rien…

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s