Belgium nr 1 !

Une récente étude de KPMG, relayée par DailyFinance.com, conclut au top 5 des pays qui taxent le plus les revenus de leurs citoyens. Qui est surpris de voir que la Belgique se trouve être le pays le plus taxé du Monde ? Pour un revenu de $100.000, KPMG note un taux de taxation de 47%, dont 13.1% de sécurité sociale et 33.9% d’impôts, tandis que pour un revenu de $300.000, le taux observé est de 53.4%, les impôts montant jusqu’à 40.3%. Seule la France dépasse la Belgique pour cette dernière tranche de revenus, fort élevés, admettons-le. Le podium est complété par, en n° 2, l’Italie, en n° 3 la France, en n° 4 le Danemark et en n° 5 la Grèce. La seule vraie surprise vient de la présence de l’Italie en n° 2, qui a donc allègrement dépassé la France et le Danemark, longtemps sur le podium avec notre pays taxeur. Bien entendu, il ne s’agit que de l’impôt sur les revenus, ou plutôt sur le salaire brut, car le calcul ne tient pas compte de la part de l’employeur, qui est une façon habile de masquer à l’employé de combien il est réellement spolié. Chez nous, il faut que l’employeur ajoute encore 33% (rabaissé à 25% avec le Tax Shift) au salaire brut pour avoir une vision globale correcte sur ce que nous laissons sur la table. Soit, dans le cas du salaire de $100.000 (92.000 €), $47.000 en poche pour un débours total de $133.000, soit… 40% ! Ramené à 42.5% avec le Tax Shift. C’est bien entendu sans compter :

– le précompte immobilier
– la taxe de ciculation
– la redevance radio-TV
– la TVA
– les impôts de crise en tous genres
– les accises sur l’essence, l’alcool, le tabac
En bref, on peut estimer que le belge donne encore 1/4 de son salaire annuel à l’Etat, ce qui ramène sa réelle capacité de financement (son « pouvoir d’achat ») à 32% de ce qu’il coûte à son employeur (ce qui est son VRAI salaire). Le reste est englouti par l’Etat. Sans que le belge ne bouge : il trouve ça probablement normal…
 
Le modèle de société qui en résulte est la sociale-démocratie, tant vantée par nos politiciens. En effet, ils se flattent de nous offrir un service public hors du commun, et une redistribution vers les plus défavorisés en pompant les « riches ». On est vite riche, en Belgique… Mais le plus dramatique dans ce schéma de société proposé par nos gouvernants (tous partis confondus, soyons clairs là-dessus) est qu’il n’a jamais autant engendré de pauvres ! Tout le monde est conscient du nombre croissant de SDF dans les rues, tout le monde a quasiment banalisé le chômage, le nombre de candidats à l’exil va croissant : en bref, le modèle de société offert par nos gouvernants est un échec complet : il ne marche pas ! Remarquons qu’en France et en Italie, nos deux challengers, ce n’est pas mieux…
 
Ce modèle n’est donc pas bon. Il faut autre chose. C’est ce que propose l’UdL, de manière la plus pragmatique possible.
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s