Attentats et économie

Le secteur touristique bruxellois a été touché de plein fouet par les attentats. Ceci n’est en réalité que la partie émergée de l’iceberg des conséquences des attentats.

Quand bien même ils étaient inévitables, ces attentats ont mis en évidence, chez qui les ignorait encore, les failles abyssales de la gouvernance publique belge. L’irresponsabilité et l’inconséquence de cette dernière ont fait que notre pays est dans un état de déliquescence avancé. En effet, la Justice est dans un état tel qu’elle constitue elle-même un danger pour le justiciable. Notre secteur électrique et nos réseaux de transport aussi bien ferroviaire que routier flirtent en permanence avec le black-out. Notre enseignement, qui bâtit notre avenir, n’en finit pas de se délabrer. Le plus remarquable est que nos gouvernements sont parvenus à un tel résultat en endettant le pays au-delà de l’entendement, ce qui constitue une menace supplémentaire pour la prospérité des citoyens belges.

Revenons à présent aux conséquences des attentats. Faut-il rappeler que la Belgique est un pays qui a fondé sa prospérité sur le commerce extérieur, tirant parti de sa position avantageuse au cœur de la région la plus riche d’Europe? Au-delà du commerce extérieur, nous sommes également parvenus à attirer nombre d’institutions et d’organisations internationales, à commencer par les institutions européennes. Toutes les sociétés multinationales et les institutions internationales établies en Belgique ont par essence besoin d’être connectées au reste du monde. Voilà donc que Daesh, avec pour seuls moyens quelques malfrats « bien connus » de notre Justice et quelques kilos d’explosif, est parvenu à mettre durablement hors service notre principale porte sur le monde (l’aéroport de Zaventem) et à révéler au monde entier l’étendue de l’incurie de notre gouvernance publique. L’UdL craint que l’attractivité internationale de notre pays vienne de prendre un sacré coup et avec elle, notre prospérité future.

Il est impératif que notre pays aille au-delà d’une réaction à un événement ponctuel. Nous devons refonder notre gouvernance, questionner le bienfondé de chaque politique et identifier les missions prioritaires de l’Etat. En particulier, les pouvoirs régaliens ont été sacrifiés au profit de politiques électoralistes qui n’ont fait que compromettre notre avenir. Il faut inverser la vapeur et rebâtir les bases de l’Etat.

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s